Collège Saint-Ignace

Fondé par les Jésuites en 1927 dans le quartier Rosemont, le Collège Saint-Ignace est d’abord réservé aux futurs candidats au sacerdoce. Dans les années 40, cette orientation sera modifiée peu à peu et l’externat offrira le programme d’humanités, c’est-à-dire les six premières années du cours classique, à toutes les catégories d’étudiants, sauf les filles. En 1962, l’externat aménage dans le quartier Ahuntsic et ajoute les deux années de philosophie à son cursus. Il faudra attendre 1966 pour que les filles puissent s’y inscrire. À cette époque, en vertu d’une entente avec l’Université de Montréal, le Collège Saint-Ignace avait la permission d’instaurer ses programmes, d’administrer ses examens et de d’octroyer le titre de bachelier ès arts.

Collège Saint-Ignace

Jusqu’à sa disparition en tant qu’établissement autonome à la fin des années 60, le Collège Saint-Ignace s’est consacré à la « formation intégrale » de la personne. « Il reste fidèle jusqu’à la fin à la tradition humaniste et pédagogique des collèges jésuites : accent mis sur la culture générale, souci du développement harmonieux de la personnalité, importance accordée à l’acquisition d’une méthode de travail intellectuel, contact intensif avec les grands maîtres de la littérature et de la pensée », écrivait Yves Mongeau, secrétaire général du Collège Ahuntsic de 1977 à 1997, dans l’Album souvenir des 20 ans du Collège Ahuntsic. Au début des négociations pour créer le cégep Ahuntsic en 1967, le Collège Saint-Ignace était toujours dirigé par les pères de la Compagnie de Jésus. Il accueillait plus de 1 000 élèves et comptait près de 70 enseignants.