Les travaux écrits d'argumentation : dites pourquoi vous pensez ce que vous pensez

Il s'agit ici de quatre types de travaux : 1) texte argumentatif, 2) commentaire critique, 3) dissertation et 4) essai. De complexité et d'envergure variables, ce sont simplement des modèles commodes pour «dire ce qu'on pense». Certains, comme le texte argumentatif et la dissertation, encadrent l'argumentation de manière plus serrée et peuvent mieux convenir aux tempéraments logiques, d'autres, comme le commentaire critique et l'essai, ont une forme plus libre qui permet aux plus méditatifs de faire valoir leurs réflexions. Tantôt, vous aurez peut-être un professeur du genre logique qui coupe les cheveux en quatre, tantôt un professeur apparemment plus rêveur, pour qui philosopher c'est méditer. Quel que soit son tempérament, ses directives pourront apporter des variantes à chacun de ces modèles qui ont pour point commun de vous demander vos raisons de penser telle chose plutôt que telle autre.

Lorsqu'on vous donne l'un ou l'autre de ces travaux, c'est pour vous amener à exprimer votre position dans le cadre de cette discussion que le cours met en scène et provoque entre les auteurs étudiés et vous-même. On vérifie ainsi que vous êtes en mesure de vous introduire dans la conversation et d'y tenir votre place avec de bons arguments, des idées réfléchies ou des questions pertinentes. Cela permet de voir si vous avez suffisamment compris les positions en présence pour bien vous situer par rapport à elles. Ces travaux sont généralement exigés en guise de travail final, mais ce ne sont en fait que des questions «à développement» plus élaborées que celles qui vous auront été adressées tout au long de la session dans des examens, des travaux d'équipe oraux ou écrits, des travaux individuels plus courts, etc. Le développement, toujours inséré entre une introduction et une conclusion, a ici plus d'envergure : il implique obligatoirement une prise de position de votre part. C'est pourquoi ces quatre modèles ont la même structure de base : introduction, développement, conclusion - mais c'est surtout le développement qui les distingue les uns des autres.

Le but de l'introduction est toujours de présenter la question ou le problème que votre développement tentera de résoudre. Procédez ici comme l'enseignent les professeurs de français, en rédigeant trois paragraphes: un premier amène le sujet de manière générale - par exemple, vous partez d'une mise en situation brièvement développée afin de montrer qu'elle pose problème - ; le second formule clairement la question dont va traiter la suite et annonce votre réponse; le troisième précise comment se divisera votre texte.

Quant à la conclusion, elle aussi suivra un même plan qu'on pourra adapter aux besoins particuliers du modèle: un premier paragraphe résume votre développement, un second évalue s'il a répondu adéquatement au problème posé en introduction et, enfin, un dernier soulève les questions nouvelles auxquelles votre réflexion vous aura amené.

Le reste dépend du genre particulier de travail d'argumentation requis. Mais en ce qui concerne le développement, un conseil vaut dans tous les cas: abordez toujours une seule idée importante par paragraphe.