Toponymie

Le Collège honore la mémoire de certaines personnes qui ont marqué le Collège, le quartier Ahuntsic ou la société québécoise par leurs contributions et leurs réalisations exceptionnelles en donnant leur nom à des lieux et des espaces du Collège. Ces reconnaissances témoignent de l’importance qu’accorde la communauté du Collège à son passé et à son milieu.

Pour clarifier les critères et le processus entourant la désignation toponymique dans ses murs, le Collège a adopté la Politique sur la désignation toponymique. Un comité de toponymie interne a comme mandat de faire des recommandations en matière de toponymie au Collège et d'étudier les propositions de dénomination. Dans cette foulée, quelques pavillons et des lieux ont déjà reçu un nom :  

Pavillon François-de-Laval (Pavillon « A ») 

C'est en 1669 que Mgr Laval aurait jeté les bases d'une première école de métiers en Nouvelle-France. Par son pavillon François-de-Laval, le Collège Ahuntsic, tout comme l'Institut de technologie Laval (1941-1967), auquel il a succédé, veut souligner l'importance d'une telle initiative à l'origine de l'enseignement spécialisé au Québec. 

Pavillon Saint-Ignace (pavillon «C»)

Le pavillon Saint-Ignace du Collège Ahuntsic évoque évidemment le souvenir de celui qui fonda en 1540 la Compagnie de Jésus, mais il nous rappelle surtout que le Collège Saint-Ignace (1927-1967) fut l'un des établissements auxquels le Collège Ahuntsic a succédé au moment de sa création. 

Pavillon GutenberG (Pavillon « G ») 

Considéré comme le plus ancien édifice du Collège Ahuntsic, le pavillon Gutenberg rappelle à notre souvenir cet illustre personnage à qui l'on attribue l'invention de l'imprimerie (vers 1440). Au Québec, l'enseignement public de l'ensemble des métiers rattachés à ce domaine d'activités remonte à 1942, année de la fondation de l'Institut des arts graphiques, un des prestigieux établissementx auxquels le Collège a succédé en 1970. 

Salon Marie-Thérèse Gauthier (Salon du personnel) 

En 1991, la direction du Collège a donné à son salon du personnel le nom de celle qui fit œuvre de pionnière dans l'enseignement public de la radiologie au Québec, Marie-Thérèse Gauthier (1918-1998). C'est elle qui, en 1965, sera à l'origine des tout premiers cours donnés dans cette discipline à l'Institut de technologie Laval (1941-1967), l'un des établissements auxquels le Cégep a succédé. Elle poursuivra son travail au Collège jusqu'en 1983, année de son départ à la retraite. 

Bibliothèque Laurent-Michel-Vacher 

La bibliothèque du Collège Ahuntsic a officiellement ouvert ses portes en 1973. À partir de 1999, la bibliothèque a connu d'importantes rénovations. En effet, le Centre des technologies de l'information (CTI), équipé d'une centaine d'ordinateurs, de salles multimédias et de la vidéothèque, ainsi qu’une classe d’apprentissage actif (CLLAC) y ont été aménagés. En 2006, le centre de diffusion a été officiellement nommé Bibliothèque Laurent-Michel-Vacher, afin de perpétuer la mémoire et l'œuvre de l’enseignant de philosophie, essayiste et polémiste Laurent-Michel Vacher, qui a enseigné au Collège de 1967 à 2001. 

Salle de musculation Émilie-Mondor 

La salle de musculation du Collège a été nommée Émilie-Mondor pour honorer la mémoire de cette ex-étudiante émérite du Collège et athlète de haut niveau. La jeune coureuse de demi-fond et étudiante en Sciences de la nature au Collège était un exemple de vitalité, de détermination et de goût du dépassement. 

Espace Le Vrai Monde? (Auditorium) 

L’Espace le vrai monde ? fait écho à l’histoire du Collège et au passage en ses murs de l’un des plus illustres écrivains du Québec contemporain, Michel Tremblay. Dès 1960, l’auteur a étudié à l’Institut des arts graphiques, l’une des institutions à l’origine du Collège Ahuntsic, et est ainsi devenu typographe. Cet amour « des lettres » se transformait déjà en passion pour les mots et la littérature. 

Le Vrai Monde ?  est l’une des pièces phares de Michel Tremblay. Écrite en 1987, elle raconte l’histoire de Claude, 23 ans, qui rêve de devenir écrivain. La première pièce de Claude met en scène son père, sa mère et sa sœur, auprès desquels il a puisé son inspiration. Ses personnages prennent vie et côtoient leurs modèles; une fascinante confrontation s’ensuit, où s’agite la multiplicité des perceptions et des réalités. Où est le vrai? Où est le faux? Chacun a une perception de la réalité qui lui est propre. Le Vrai monde? fait écho aux chemins mystérieux de la création. Quelle image forte pour désigner une salle dédiée aux arts de la scène, tout médium confondu. 

L'Espace le vrai monde?  se veut également un miroir de la communauté du Collège où les origines, le parcours et l’âge de ses membres sont des plus divers. Une mixité riche et colorée où l’expression artistique et culturelle exprime ces influences et reflète cette réalité. Par ailleurs, le choix du mot « Espace » pour accompagner Le Vrai Monde ? fait référence à un lieu ouvert à l’ensemble des modes d’expressions artistiques, que ce soit le théâtre, la danse, le chant ou d’autres formes d’art. 

Une cérémonie officielle pour désigner l’auditorium du Collège a eu lieu le 19 octobre 2017, au cours de l’année du 50e anniversaire de l’établissement, en présence de l’auteur.