Norval Morrisseau

L’oiseau parle aux enfants de Norval Morriseau

Fiche technique

MORRISSEAU, Norval (1931-2007). L’oiseau parle aux enfants, 1981, sérigraphie de 12 couleurs tirée à la main, non signée ni numérotée, 28 x 36 cm, Collège Ahuntsic, Montréal (Québec), Canada.
 

Biographie

Artiste autodidacte anishinabé, Norval Morrisseau commence à dessiner son imaginaire dans les années 1950. En 1962, il entame une collaboration avec le peintre et auteur Jack Pollock (1930-1992), lequel vient d’ouvrir une galerie d’art canadien à Toronto. Pollock l’accompagne tout au long de sa carrière artistique et le fait connaître internationalement. En plus de prendre part à des expositions individuelles et collectives dans des galeries et des musées, Morrisseau participe à de nombreux événements publics, notamment la décoration du « Pavillon des Indiens du Canada » à l’Expo 67 de Montréal. Norval Morrisseau a reçu de nombreux prix et décorations :  récipiendaire de la Médaille du centenaire du Canada (1968) et de l’Ordre du Canada en reconnaissance de sa contribution à l’art canadien (1978), il devient également membre de l’Académie royale des arts du Canada (1973).
 

Sur l’œuvre

C’est à l’occasion de la publication d’une luxueuse monographie sur Norval Morrisseau, par Lister Sinclair et Jack Pollock, que les Éditions France-Amérique commandent en 1981 une série de six sérigraphies de format réduit (28 x 36 cm), non signées ni numérotées, d’après les gravures originales (51 x 66 cm) de Morrisseau. Produite par la Coopérative Triple K. Publishing House de Red Lake en Ontario, L’Oiseau parle aux enfants, exposée au Collège Ahuntsic, a été offerte par les Éditions France-Amérique.

Au cours de sa carrière, Morrisseau développe un langage visuel très personnel. Il se nourrit de légendes amérindiennes, provenant surtout de l’héritage des Grands Ojibways, ainsi que du catholicisme enseigné au pensionnat St-Joseph de Thunder Bay (Ontario). Le peintre s’inspire aussi de ses nombreuses rencontres à travers le monde pour alimenter sa quête spirituelle.

L’artiste privilégie la création en deux dimensions sur des supports aussi variés que la toile, le bois, le cuir ou différents papiers, à l’aide de différentes techniques de peinture et de dessin. Les dessins de l’artiste, avec des lignes de contour épaisses et des couleurs en aplat, se prêtent particulièrement bien à la gravure.

Son univers iconographique se compose de signes et de symboles personnels où les figures humaines et animales apparaissent souvent de profil, sans modelé ni relief, comme dans L’Oiseau parle aux enfants. Dans cette composition asymétrique, elles sont présentées face à face, en situation de communication. Ces figures se ressemblent, partageant les mêmes formes cernées d’un large trait noir et les mêmes couleurs. Bien que stylisées, elles demeurent reconnaissables.

Le choix des couleurs repose également sur un code qui lui est propre. L’artiste s’appuie sur les couleurs de la nature, celles de la faune, de la flore, du ciel, de la terre et de l’eau, mais en résonance avec son monde spirituel. Ainsi, les bleus sont très présents dans ses œuvres, en différentes nuances, comme dans L’Oiseau parle aux enfants. En juxtaposant les couleurs en aplat, il crée de forts contrastes qui illuminent la composition.

Pour une analyse approfondie de la pratique artistique de Norval Morrisseau, voir ROBERTSON, Carmen. Norval Morrisseau. Sa vie et son œuvre, Toronto, Institut d’art canadien, 2016, n.p., réf. du 17 avril 2019, https://www.aci-iac.ca/francais/livres-dart/norval-morrisseau