Règles départementales d'évaluation des apprentissages

Ces règles s'appliquent à l'évaluation des apprentissages dans tous les cours dont le département de philosophie assure l'enseignement que ce soit l'enseignement régulier ou la formation continue.

Ces règles reprennent et explicitent la Politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages (PIÉA) du Collège Ahuntsic. Elles précisent la façon dont le département l'applique dans les Règles départementales d'évaluation des apprentissages (RDÉA). Si un aspect de l'évaluation des apprentissages n'est pas couvert par une règle départementale, la PIÉA s'applique alors intégralement.

Dans le présent document, le masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d'alléger le texte.

La diffusion des RDÉA

Vous trouverez ici un extrait des règles. Les PIÉA et RDÉA complètes sont accessibles en PDF par ce lien et la référence au site apparaît dans chaque plan de cours. Des copies sont également disponibles au bureau de la coordination départementale au A3.550.

Planification des évaluations sommatives

Chaque cours comporte au minimum deux évaluations sommatives incluant l'activité d'évaluation de fin de session. Aucune ne peut compter pour plus de 50%.

À la 9e semaine de la session (ou l’équivalent proportionnel pour la formation intensive), l’étudiant doit avoir obtenu des résultats correspondant minimalement à 25% de sa note finale. De plus, pour ce qui est du premier cours de philosophie (340-101-MQ), l'étudiant doit avoir obtenu des résultats pour au moins deux activités d’évaluation.

Adaptation du cours de formation générale propre

Dans le cadre des cours d'éthique et politique (340-AEA-MQ, 340-AEB-MQ et 340-AEC-MQ), l’enseignant propose aux étudiants de consacrer une activité d’évaluation, valant au moins 10%, à une situation actuelle directement liée à leur champ d’études.

Activités en équipe

Les activités d’évaluation effectuées en équipe ne doivent pas compter pour plus de 25% de la note finale.

Activité d’évaluation de fin de session

L’activité d’évaluation de fin de session ne doit jamais être un travail d’équipe et sa pondération doit varier entre 30% et 35% de la note finale.

Le nombre minimal de mots exigé pour cette activité peut excéder celui spécifié dans les devis du Ministère, mais ne doit pas dépasser :

  • 1 100 mots pour le 340-101-MQ
  • 1 300 mots pour le 340-102-MQ
  • 1 400 mots pour les cours 340-AEA-MQ, 340-AEB-MQ et 340-AEC-MQ

Dans les trois cas, l’écart aux devis se justifie par le contexte de réalisation (en classe ou hors classe) et par le pourcentage alloué à cette activité d’évaluation.

Correction des activités d'évaluation

Sauf dans les cas particuliers prévus aux RDÉA, les activités d’évaluation réalisées en cours de session sont corrigées, remises à l’étudiant pour consultation et commentées dans un délai ne dépassant pas deux semaines ou l’équivalent proportionnel pour la formation intensive.

Cette consultation se déroule dans des conditions permettant à l’étudiant de comprendre ses forces et ses faiblesses afin qu’il puisse s’améliorer et atteindre les objectifs visés par le cours. La publication des résultats sur Omnivox ne constitue pas une consultation par l’étudiant au sens du présent article.

Les résultats et les copies des activités d’évaluation de fin de session sont remis à l’étudiant ou rendus disponibles pour consultation au plus tard deux semaines après la tenue de l'évaluation.

Reprise en cas d'échec à une évaluation sommative

Il n'y a pas de reprise possible pour une évaluation sommative, qu’elle soit en cours de session ou à la fin. Il ne peut non plus y avoir d'examen de reprise pour l'ensemble du cours en cas d'échec.

Révision de notes

L'étudiant peut faire une demande de révision de note pour toute évaluation sommative en suivant la démarche ci-dessous :

  • étape 1 : avant de déposer une demande officielle, l’étudiant doit effectuer une démarche auprès de son enseignant en expliquant les raisons de sa demande, c'est-à-dire les raisons pour lesquelles l'évaluation devrait être revue.
  • étape 2 : si l’étudiant n’est pas satisfait des résultats de cette démarche, il peut effectuer une demande officielle de révision de note en se présentant au Service de l’organisation de l’enseignement et de la formation continue (SOEFC : A1.320). Sur le formulaire prévu à cet effet, l’étudiant précise les éléments pour lesquels il considère la correction inadéquate et exprime sa volonté, le cas échéant, de rencontrer le comité de révision de note.

Le SOEFC achemine sans délai la demande au responsable de la coordination départementale (RCD) pour fin d'analyse par le comité de révision de note du département.

Le comité de révision de note demande à l'enseignant de lui fournir :

  • La description de l'activité d'évaluation faisant l'objet de la demande.
  • Les consignes, les critères d'évaluation et le barème de correction.
  • Une copie faible, une copie moyenne et une copie forte d'étudiants du groupe auquel appartient l'étudiant (en cours de session, le comité peut procéder sans lesdites copies).

Délai en cours de session

  • L’étudiant dispose d’un délai de deux semaines (ou l’équivalent proportionnel en formation intensive) après avoir consulté son travail pour demander la révision de sa note.
  • Le comité dispose d’un délai de deux semaines après la réception de la demande au département pour effectuer la révision, rencontrer l’étudiant s’il y a lieu et transmettre sa décision au RCD.

Délai en fin de session

  • Les calendriers scolaires de l’enseignement régulier et de la formation continue prévoient une date limite à chaque session pour les demandes de révision de note de l’évaluation finale.
  • Le calendrier scolaire prévoit également une date limite à chaque session pour que le comité de révision de note effectue son travail.

Les demandes incomplètes ou hors délais ne peuvent faire l’objet d’une révision de note par le comité. Une demande de révision peut également être refusée si l’étudiant n’a pas discuté au préalable avec son enseignant (v. étape 1 ci-dessus).

L’étudiant qui fait une demande de révision de note s’expose à voir sa note augmentée, inchangée ou diminuée.

Absence ou retard à une évaluation sommative

En cas d’absence à une évaluation sommative ou de retard dans la remise d’un travail, l’étudiant se voit attribuer la note zéro.

Retard justifié

Dans le cas où l’étudiant présente une raison sérieuse pour justifier son retard, il fait la démarche auprès de son enseignant qui établira les modalités et les délais de remise du travail. Cependant un travail ne peut être accepté une fois que l'enseignant en a fait connaître le corrigé.

Absence justifiée

L'étudiant qui s'absente à une évaluation sommative pour une raison sérieuse peut demander une évaluation différée. Pour ce faire, il communique avec son enseignant dès qu’il apprend qu’il devra s’absenter ou au plus tard une journée après l’absence (à l’exception des cas de force majeure).

Conformément aux règles, l'enseignant détermine si la demande d’évaluation différée est acceptable ou non à l’aide des informations et des pièces justificatives fournies par l’étudiant. Exemples de pièce : alliance sport-études, compétitions sportives organisées par le Collège, certificat médical, certificat de décès, rapport d'accident, ordre de la cour, etc. Dans le cas d’un certificat médical, celui-ci peut être refusé s’il ne suffit pas à justifier l’incapacité de l’étudiant à réaliser son activité d’évaluation.

Toute pièce justificative doit être présentée à l’enseignant au plus tard le 5e jour ouvrable après le retour en classe de l'étudiant. Au besoin, l’enseignant peut demander à l’étudiant de justifier son absence auprès du directeur adjoint des études de son secteur d’enseignement. Ce dernier se réserve le droit de vérifier la validité des informations.

Si l’absence est justifiée, l’enseignant détermine les modalités d’une évaluation différée conformément aux RDÉA. Toute présentation d'un document frauduleux est référée à la Direction des études qui détermine les sanctions appropriées.

Présence aux cours

La présence au cours a un réel et significatif impact sur la réussite scolaire. Toutefois elle ne peut faire l'objet d'une évaluation sommative dans le but d'attribuer une note ou une pénalité. Un étudiant peut se voir refuser l'accès au cours (incluant une évaluation) dans les situations ou des absences ou retards :

  • nuisent aux activités d'évaluation des autres ;
  • nuisent aux apprentissages des autres ;
  • occasionnent un danger pour la sécurité ou la santé des personnes ;
  • augmentent le risque de bris d'équipement.

L'étudiant assure lui-même le suivi en cas d'absence en s'informant auprès de ses collègues, en consultant le plan de cours, en reprenant les notes de cours et en effectuant les lectures et travaux nécessaires.

Maîtrise de la langue

  • La maîtrise de la langue constitue l'un des objectifs de tout cours de philosophie. En conséquence, une banque de points limitée à 10 % est prévue à cette fin.
  • La pénalité maximale de 10% s'applique lorsque l'étudiant fait en moyenne 10 fautes par page de 250 mots.

L'enseignant …

  • peut refuser de recevoir un travail rédigé hors classe dont la qualité du français est jugée inadéquate ;
  • incite les étudiants à se procurer un dictionnaire et une grammaire et il en encourage l'utilisation ;
  • prévoit des tâches où la lecture et l'écriture tiennent une place d'importance ;
  • incite fortement tout étudiant qui manifeste de graves lacunes en français à s'inscrire au Centre d'aide en français (CAF).

Plagiat

Définition

Le Collège considère comme plagiat tout geste par lequel un étudiant cherche à s'attribuer (par emprunt ou imitation) une production dont il n'est pas l'auteur et toute collaboration à un geste semblable ou tentative de le poser. Les actions suivantes constituent notam­ment un plagiat qu'elles touchent une partie ou la totalité du travail, du test ou de l'examen concerné :

  • utiliser pendant un examen des documents ou matériels non autorisés (exemple : une feuille de notes non autorisée) ;
  • se servir du travail d’un autre étudiant avec ou sans son consentement (exemple : copier sur son voisin) ;
  • utiliser des documents non autorisés et obtenus par l'achat, le vol, la fraude ou la coercition (exemple : acquérir une dissertation sur Internet) ;
  • remplacer ou se faire remplacer par une autre personne lors d'un examen en classe ou à la maison. (Exemple : utiliser un travail rédigé en tout ou en partie par une autre personne, mettre son nom sur un travail d'équipe sans avoir été présent) ;
  • utiliser tout appareil de communication permettant la réception, la transmission ou l'entreposage de données.

Mesures de prévention

  • Rappeler les règles de la propriété intellectuelle et les outils de référence.
  • Indiquer le matériel autorisé sur la copie d'examen ou les consignes.
  • Assigner une place aux étudiants.
  • Exiger que le matériel non autorisé soit rangé.
  • Exiger la fermeture des appareils électroniques.
  • Distancer les bureaux.
  • Refuser l'accès au local de l'examen à un étudiant en retard après qu'un étudiant ait déjà quitté la classe.
  • Toutes autres mesures pertinentes.

Déclaration de plagiat

Lors d'un constat de plagiat, l'enseignant avise sans délai l'étudiant concerné et lui explique les motifs de la déclaration. Il complète ensuite un formulaire de déclaration de plagiat et le remet au directeur adjoint des études en joignant si nécessaire les documents servant de preuve.

Le directeur adjoint des études informe l'étudiant et l'enseignant de la réception de la déclaration et de la sanction appliquée en fonction de l’action commise (voir ci-dessus).

Dans le cas d'une contestation de la déclaration, le directeur adjoint rencontre si nécessaire l'étudiant et l'enseignant. Il rend ensuite une décision et en assure le suivi.

Sanctions

La sanction dépend du nombre de plagiats reconnus pendant l'ensemble de la scolarité collégial de l'étudiant.

  • Premier plagiat : note 0 pour le travail.
  • Deuxième plagiat : note 0 pour le cours.
  • Troisième plagiat : note 0 pour le cours et recommandation de renvoi du Collège auprès de la Direction des études. Les notes pour les autres cours correspondront au cumul des notes attribuées jusqu’au renvoi.

Comité de recours

L'étudiant qui s'estime lésé par une décision découlant de l'application de la PIÉA et/ou des RDÉA peut en demander une révision dans un délai de 1 mois.

  • L'étudiant doit rencontrer le directeur adjoint des études selon son programme. Celui-ci rend sa décision et informe l'étudiant, l'enseignant et le RCD.
  • Si l'étudiant n'est pas satisfait de cette décision, il peut faire appel auprès de la Direction des études qui prendra l’avis d'un Comité de recours et rendra une décision définitive.
  • La procédure d’appel peut prendre jusqu'à 6 mois. Le Comité de recours est composé de membres de la Commission des études (CÉ) désignés par leur instance respective : deux enseignants issus d'un secteur différent parmi la formation générale, technique ou préuniversitaire ; un professionnel ; un étudiant et un directeur adjoint des études.

< Retour à l'accueil