Daniel-Henri Bernèche

Imagination de Daniel-Henri Bernèche

Fiche technique 

BERNÈCHE, Daniel-Henri (né en 1968). Œuvre de la collection Imagination, 1989, acrylique sur toile, 92 x 122 cm, Collège Ahuntsic, Montréal (Québec), Canada. 

Informations biographiques 

Artiste autodidacte, pratiquant la photographie, la peinture et l’écriture, Daniel-Henri Bernèche mène de front une carrière en marketing et une discrète production artistique. Diplômé en Marketing en 1989, il a développé une pratique artistique pour laquelle il a obtenu des marques de reconnaissance dès le cégep, gagnant des prix et des mentions lors de concours intercollégiaux de peinture et de poésie et recevant la Bourse du mérite social du Collège Ahuntsic. Il participe à l’occasion aux expositions du Cercle des artistes peintres du Québec et présente ses œuvres dans des lieux publics. 

L’œuvre a été acquise par le Collège à la suite de l’organisation d’une exposition des peintures de Daniel-Henri Bernèche à la bibliothèque. Le tableau fait partie d’une série de peintures intitulée Imagination, inspirée d’une citation d’Albert Einstein : « Imagination is more important than knowledge ».  

Ce tableau de la collection Imagination 

Cette peinture s’inscrit dans la voie de l’abstraction lyrique, ouverte par le peintre Wassily Kandinsky (1866-1944) dans les années 1910 et que beaucoup ont empruntée depuis. Ces artistes s’intéressent surtout à la transcription picturale spontanée de leurs émotions. Leur objectif est la création individuelle et originale d’un thème qui obéit à leur « nécessité intérieure », comme Kandinsky l’exprime dans ses mémoires, publiées pour supporter sa création et favoriser une meilleure compréhension de ses œuvres (Regards sur le passé, 1913). Face à la surface picturale, le spectateur ne reconnaît aucun élément figuratif. Son vocabulaire pour décrire les formes se limite aux deux mots taches et lignes, qu’il peut ensuite qualifier de petites/grandes, courtes/longues, fines/larges, etc. Des termes plus généraux surgissent alors pour décrire l’atmosphère du tableau. Par exemple, avec ses couleurs claires, sa composition décentrée et les empâtements qui portent les traces du geste de l’artiste, la peinture de Daniel-Henri Bernèche peut sembler joyeuse et sans contrainte. 

De plus, afin d’engager davantage l’attention du spectateur devant l’œuvre et que celui-ci s’interroge sur ce qu’il regarde, le peintre refuse de donner un titre précis au tableau, comme c’est souvent le cas pour les œuvres abstraites. L’intention demeure de ne pas imposer de direction aux réflexions et de risquer de verrouiller la signification de la représentation. Le spectateur doit s’investir et choisir ses propres mots pour qualifier les sensations personnelles déclenchées par l’observation de la peinture. Alors, que voyez-vous? Que ressentez-vous? Quel titre donneriez-vous?