Projets saillants

FABRIQUE CARROUSEL PORTFOLIO-1
FABRIQUE_CARROUSEL_PORTFOLIO-3
FABRIQUE_CARROUSEL_PORTFOLIO-4
FABRIQUE_CARROUSEL_PORTFOLIO-6
FABRIQUE_CARROUSEL_PORTFOLIO-2
FABRIQUE_CARROUSEL_PORTFOLIO-7

Les projets suivants ont été sélectionnés en fonction de l'intérêt généré par les membres de notre communauté, de l'impact sur la mission du Collège Ahuntsic et de la capacité à illustrer la diversité des projets.

La Fabrique au service de la pédagogie

Baby Anne est un mannequin d’exercice pour la RCR pédiatrique. Les manipulations répétées peuvent cependant causer des fissures dans sa plaque abdominale. On peut maintenant en imprimer de nouvelles rapidement et à une fraction du prix de vente de la pièce originale. Il s’agit du premier projet réalisé à la Fabrique et marque son anniversaire annuel (18 août).

La Fabrique pour explorer

Toujours aussi versatiles, les imprimantes ULIO3D sont systématiquement utilisées pour la formation et l’exploration. Ici, Joseph Issa a greffé une pompe péristaltique sur une ULIO pour lui donner la capacité d’utiliser des substances liquides ou gélatineuses. Un point de départ essentiel à la bio-impression au Collège Ahuntsic.

La Fabrique scientifique

La Fabrique Ahuntsic accueille aussi la recherche. Ce projet mené par Guillaume Poliquin a permis à six étudiants de concevoir des plaques de Chladni afin d’illustrer les effets de vibrations induites sur ces plaques à certaines fréquences précises. Le chercheur reçoit un soutien financier des Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies.

La Fabrique fait des liens

Florian Ferrand enseigne la philosophie. C’est aussi un habile concepteur 3D qui s’est intéressé à des pièces d’équipement utilisées dans le programme de soins préhospitaliers d’urgence. Grâce à sa patience et son talent, chaque étudiant a un modèle individuel non-fonctionnel, mais utile pour l'apprentissage. Le Collège fait de son côté des économies à chaque impression.

La Fabrique fait des économies

La palme de l’économie revient au projet Mandibulae Lazarus en soins préhospitaliers d’urgence. Le coût de remplacement de 5 mannequins était estimé à près de 6 000 $ faute de pouvoir obtenir des pièces de mandibules cassées. En utilisant des modèles anatomiques 3D disponibles sur internet, une imprimante 3D et quelques dollars, Samuel Fournier St-Laurent ne peut toujours pas réanimer les mannequins, mais les étudiants peuvent continuer d’essayer.

La Fabrique c’est physique

Jean-Pierre Brochu au département de physique ne cesse de nous surprendre avec ses créations originales et ses restaurations d’équipement de laboratoire. Peu après avoir reçu une formation embryonnaire sur la conception 3D à la Fabrique, cet autodidacte n’a cessé de concevoir de nouveaux modèles toujours plus sophistiqués au profit de l’apprentissage des étudiants.

La Fabrique en maquette

Bien que le matériel pédagogique numérique (images, vidéos, réalité virtuelle) soit intéressant, nous avons été surpris par l’impact positif des modèles « réels » que les étudiants peuvent toucher et manipuler. Propulsés par ces observations et des outils à commande numérique disponibles à la Fabrique, François Landreville et Sylvain Lapierre (département de génie civil) ont conçu des maquettes originales pour leurs étudiants.

La Fabrique s’habille

Des créateurs et créatrices explorent les textures et les motifs avec des pièces imprimées. C’est le cas de Marie-Hélène Lapointe qui a utilisé les plans du créateur Devin Montes pour créer une jupe ornée de motifs imprimés et flexibles. Des morceaux retirés lors du montage de la jupe ont servi à confectionner des bijoux assortis.

La Fabrique sur trois plans

François Landreville en génie civil a remplacé une longue tradition de modèles en plasticine à la durée de vie limitée par une collection variée d’objets avec lesquels les étudiants apprennent le dessin technique (dessin sur trois plans). Cette approche lui permet de confectionner de nouveaux objets en fonction des difficultés rencontrées par les étudiants. Un code de couleur indique le degré de difficulté de chaque pièce.

La Fabrique en imagerie médicale

On utilise en imagerie médicale des fantômes d’organes. Ces pièces creuses en forme de cœur, foie et autres organes du corps humain sont remplies de matière radioactive et utilisées par les étudiants dans les appareils de médecine nucléaire. Le défi de Mathieu Dallaire est de remplacer ces objets coûteux avec une durée de vie limitée par de nouveaux fantômes plus durables et ayant des caractéristiques mieux adaptées aux activités d’apprentissage.

La Fabrique étampe

À l’occasion du 50e anniversaire du Collège Ahuntsic, les participants aux activités spéciales pouvaient faire étamper un passeport commémoratif. Les logos spécialement développés pour l’occasion ont été gravés à l’aide d’une découpeuse au laser dans une matière adaptée aux tampons encreurs. Le résultat : des dizaines de tampons personnalisés pour souligner cet anniversaire.

La Fabrique invente

Difficile de décrire les premières années de la Fabrique sans aborder l’aventure de Delphine Tremblay. Cette étudiante en radiodiagnostic a conçu, avec les conseils de l’équipe de la Fabrique et des profeseurs Pierre Berthold et Virginie Chartrand, un produit permettant de mieux comprendre les liens entre la position d’un organe et les images d’une échographie.

La Fabrique partage avec la communauté

Des élèves et enseignants des écoles Lucien-Pagé et Georges-Vanier à Montréal ont reçu une formation sur l’impression 3D offerte dans le cadre d’une initiative communautaire de Fabrique Ahuntsic. Chaque école a ainsi pu se constituer une base d’expertise en impression 3D afin de mieux planifier l’acquisition et l’utilisation de ce type d’appareil.

La Fabrique et l'effet Schlieren

En utilisant un phénomène connu sous le nom d'effet Schlieren, Vincent St-Laurent et Joseph Issa en mécanique du bâtiment ont réalisé une expérience leur permettant de visualiser les mouvements de l'air autour d'un objet. Cette visualisation de flux Schlieren est une méthode optique de visualisation permettant d'observer la lumière déviée et donc, les faibles variations de l'air autour d'un objet.